7 nov. 2010

Josep Ferrer

7 Septembre 1942

Lui ne se retira pas, lui, il voulait y croire plus, plus longtemps. Jusqu’à ce jour où, trahi par son catalan prononcé, il ne pût échapper au zèle de la police française.

Lui, c’est Josep Ferrer, un gros morceau de cervelle, posée sur une carcasse d’oiseau, remplie d’espoir et de certitude comme des milliers de jeunes âmes sur cette terre. Il rêve d’un monde empreint de liberté. Sa course dans les rues de Saint Girons*, à fuir la gendarmerie, lui en donne un avant-goût. Lui, c’est ce petit professeur d’histoire sûr de ses convictions : Demain, on l’écoutera ! On n’écoutera peut-être que lui d’ailleurs, mais pas aujourd’hui…


A. Florent (Extrait de Izul, fleur des royaumes d'exil)